Frais de commission : objets de refus de prêt immobilier

Frais de commission : objets de refus de prêt immobilier

1 juin 2019 0 Par slr3105

Mon premier contact avec le courtier immobilier m’avait donné beaucoup d’espoir quant à l’obtention d’un emprunt qui nous permettrait de concrétiser notre projet. Mais, il m’a fallu rapidement comprendre que tout n’était pas si simple.

En effet, lorsque j’ai transmis l’ensemble des documents demandés par le courtier, ce dernier m’a rapidement fait comprendre que mon dossier présentait un gros souci touchant un très point épineux pour un banquier : les “F COMM INTERVENTION” !

Qu’est-ce que les F Comm Intervention ?

Les F Comm Intervention sur mon relevé d’identité bancaire représentaient des commissions d’intervention, dits « de forçage ». Elles étaient appliquées par ma banque, le Crédit Mutuel, car je ne disposais pas de découvert autorisé, sachant qu’elles peuvent être appliquées également en cas de dépassement du découvert autorisé.

Ainsi, même si je finissais le mois créditrice, s’il arrivait qu’une opération m’amène à un découvert non-autorisé, même sur un ou deux jours, je devais régler une commission d’intervention. Et pour chaque opération, même 2 euros de stationnement, une commission d’intervention.

Pourquoi ces frais sont-ils mal vus ?

Ces frais sont mal perçus par les banquiers car ils supposent que la personne sujette à ces frais de commission n’est pas une bonne gestionnaire. Et qui prête de l’argent à une mauvais gestionnaire ? Personne.

Seulement voilà, si je dois bien confesser quelques petites sorties de route de temps en temps, notamment au moment des soldes et dans les mois de naissance de mes loulous, force est de constater que je reste assez sage en matière de dépenses. Je trouvais donc assez injuste de payer des frais de commission qui, de surcroît, plantaient mon projet immobilier.

Cap vers un compte en béton

Lorsque le courtier nous a clairement notifié qu’il ne défendrait pas de suite notre dossier, pour éviter de griller toutes nos chances de l’obtenir dans les prochains mois, j’ai cru que la brigade financière avait débarqué dans mon salon. Car depuis cette date, ma moitié ne rigole pas du tout, du tout, avec les frais de commission. Et, j’ai vraiment intérêt à faire en sorte qu’il n’y en ait plus aucun dans les trois prochains mois !

” Mr Gomes ?

– Bonjour, madame. Comment allez-vous ?

– Bien, mais cela irait mieux si je n’avais plus de frais de commission sur mon compte.

– Le problème est que vous êtes auto-entrepreneur… Votre activité n’a pas un an…

– OK. Je ferme tous mes comptes y compris celui abritant mon épargne.

– Bon, je valide une autorisation de 400 euros. Ça vous convient ?

– Parfait ! Merci infiniment et belle journée !”

Il n’y a plus qu’à attendre maintenant ! Mais avant, il nous faut malheureusement nous désister du projet Icade à la Croix de Berny : un vrai crève-coeur.